Les origines
C’est le 10 mai 1967 qu’était créée sous l’impulsion du Général Comte Cornet d’Elzius de Peissant une ASBL Amis et Parents d’Enfants Handicapés de Militaires (APEHM). Elle avait pour but l’épanouissement et l’intégration dans la société des enfants ou orphelins handicapés de militaires ou de gendarmes en activité, pensionnés ou du cadre de réserve.
Le problème  le plus difficile qu’affrontent les parents d‘enfants handicapés est  - et restera sans nul doute – celui de savoir ce qu’il adviendra de leur enfant lorsque eux-mêmes ne seront plus de ce monde. Cette question latente dès la naissance d’un enfant moins valide, prend petit à petit plus d’acuité au fur et à mesure que les années passent.
Quelques années plus tard, l’APEHM a voulu apporter une solution à ce problème en faisant construire un home d’accueil pour personnes handicapées mentales, sur un terrain jouxtant le Quartier Commandant Aviateur Dony  à Nivelles et concédé à cet effet par le Ministère de la Défense.
Les travaux débutèrent en 1974 pour s’achever l’année suivante, avec une capacité d’accueil initiale de 32 personnes handicapées mentales adultes.
L’APHEM ayant été dissoute en 1975, avant la mise en service du home, elle fut remplacée par une fondation d’utilité publique dénommée VIVAT! (Enfants handicapés de la Communauté militaire) : elle gardait le but principal de l’ASBL, mais prenait comme objectif plus concret la création et la gestion de services ou d’installations de formation, de travail, d’hébergement et de loisirs pour des personnes handicapées mentales adultes, issues de la Communauté militaire ou de la Gendarmerie : la réalisation de ce home inauguré en 1976 venait concrétiser cet objectif. Il fut baptisé Foyer Général Cornet, en pieuse mémoire de son fondateur décédé.


Le développement

La gestion du Foyer est assurée par la Fondation qui n’a cessé depuis de veiller à son bon développement.  Toutes les infrastructures du Foyer sont d’ailleurs prises en charge financièrement  par la Fondation.
En 1990, une salle polyvalente, modulable grâce à des cloisons amovibles, a permis la création d’ateliers occupationnels pour des résidents qui ne trouvaient plus de place sur le marché du travail.
En 1995, la Fondation réalise une extension importante de la capacité d’hébergement du Foyer et la porte à 42 par la construction d’une résidence comportant dix studios individuels. Elle porte le nom du premier président du Conseil d’administration de la Fondation, le Colonel Vermeulen.
Entre 1995 et 2000, d’autres infrastructures sont également réalisées comme en 1996, l’aménagement d’un mini-golf, à la fois outil de délassement, atelier occupationnel et ouverture vers le monde extérieur, car son accès est ouvert à tous, et en 1999, la construction d’une serre chauffée, avec la création d’un atelier d’horticulture.
Pour offrir à tous les résidents un même niveau de confort, la Fondation opte alors pour une rénovation des locaux du Foyer originel de 1975 et une transformation des espaces de logement collectifs regroupant trois résidents par chambre en chambres individuelles, garantissant ainsi à chaque résident une espace de vie privatif. L’aboutissement de ces travaux coïncidera avec la célébration du 25ième anniversaire du Foyer en 2001.
Dans la foulée, d’autres travaux de rénovation sont également réalisés dans le Foyer initial (restaurant, buanderie, bureaux, sanitaires) pour améliorer considérablement le cadre de vie journalier des résidents et du personnel.
2003 voit la construction d’une structure métallique de 40 m2 de type préau, couverte de bâches latérales translucides, qui permet aux résidants de pratiquer de nombreuses activités ludiques à l’abri des intempéries.
Le vieillissement de nos résidents et l’arrivée de résidents avec des handicaps plus profonds a aussi amené la Fondation à faire évoluer les infrastructures du Foyer. Ainsi en 2006, un espace d’ hydrothérapie a été créé. Plus récemment, deux espaces de vie ‘’As n’aise’’, l’un en 2013 au sein du Foyer initial, l’autre en 2014 dans la Résidence Vermeulen, ont été ouverts pour les résidents qui ne sont plus en mesure de participer aux ateliers occupationnels.
Dans le cadre du vieillissement et de l’amélioration de l’accès aux installations pour les personnes à mobilité réduite, un programme de travaux étalé sur cinq ans a été lancé en 2014. Il vise principalement la rénovation des installations sanitaires individuelles et collectives.